LES TRÉSORS DE LA BIBLIOTHÈQUE DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE

«LES TRÉSORS DE LA BIBLIOTHÈQUE» a remporté un DAUPHIN D’OR au festival international

«CANNES CORPORATE MEDIA & TV AWARDS - 2012 » parmi 666 films inscrits.


Les Trésors de la bibliothèque est un film de David Le Glanic réalisé pour l'Assemblée nationale.

La bibliothèque de l’Assemblée nationale est un lieu magnifique qui détient un fond ancien d’une incroyable richesse, des incunables et des manuscrits qui ont traversé les siècles pour venir jusqu’à nous. Mais ces trésors, tels que «le Roman de la Rose» ou «le procès de Jeanne d’Arc», sont conservés dans une chambre forte qui ne s’ouvre qu’exceptionnellement. Lorsque les lettres prennent vie et viennent hanter la nef de la bibliothèque peinte par Eugène Delacroix : Mystère et magie se mêlent au patrimoine français, et la bibliothèque nous entraîne dans un voyage dans le temps, à la découverte de ses trésors.


Note du réalisateur


« Les Trésors de la Bibliothèque » de l’Assemblée nationale est un film qui me ressemble car j’ai toujours pensé que l’on passe trop souvent à coté de certaines connaissances, parce qu’elles nous semblent ennuyeuses à acquérir. Un peu comme à l’école, où la scolarité oublie souvent l’essentiel : l’envie d’apprendre.

Lorsque Rosine Depoix, directrice et fondatrice d’Esprit Production, m’a demandé de répondre avec elle à l’appel d’offres de l’Assemblée nationale, j’ai d’abord pensé : attention patrimoine national ! Ne pas touchez !

Et puis, peut-être justement parce que c’était un appel d’offres, j’ai réalisé que je n’avais rien à perdre et tout à gagner. Je voulais justement casser l’aspect hermétique de la colonnade, en attirant le spectateur à l’intérieur du Palais sans qu’il s’en aperçoive. J’avais envie de présenter la bibliothèque de l’Assemblée nationale comme un vaisseau de l’imaginaire, une machine à remonter le temps, avec des portes dérobées, des tours de clé, des passages secrets…

Les livres originaux, les incunables, les manuscrits ont la particularité d’avoir été, pour la plupart, en contact avec leurs auteurs ou leurs héros. C’est comme s’ils rayonnaient encore de la présence des grands hommes et femmes de notre histoire après avoir traversé les siècles pour venir jusqu’à nous. C’est cette présence magique que je voulais mettre en scène pour faire revivre leurs auteurs à travers les livres. L’idée de donner vie aux lettres des ouvrages, s’est alors imposée. Elle permettait aussi d’imaginer des animations assez poétiques de ces petites lettres qui viennent hanter la nef pour nous emmener vers le savoir.


Rosine Depoix, qui m’avait déjà fait confiance sur deux précédents films a tout de suite adhéré à l’idée, et s’est investie dans l’appel d’offres pour que l’on puisse mettre toutes les chances de notre coté… Bingo ! Dossier sélectionné parmi 15 projets.

À l’Assemblée nationale, nous avons rencontré une équipe de communication formidable, en plein accord avec notre projet et qui nous a tout de suite fait confiance, ce qui a permis de développer largement le concept et d’avoir beaucoup de liberté dans la réalisation.


Pour traduire aussi l’idée de découverte, il semblait intéressant de pouvoir donner le sentiment de toujours avancer. C’est pourquoi, il n’y a aucun plan fixe dans le film (à part les deux premiers). Nous avons aussi pu accentuer cette notion de mouvement grâce aux grues que nous avons utilisées. Le bras de 7 mètres de long qui évoluait aux milieux des rayonnages centenaires, nous permettait aussi d’obtenir une perception de l’espace de la bibliothèque en 3 dimensions, plus représentative de l’espace imaginaire qui s’ouvre à nous lorsque l’on entre dans une bibliothèque.


Nous avons beaucoup repéré les lieux avec Arnaud Keil, grand chef opérateur avec qui je travaille le plus souvent, et qui a réussi encore une fois à apporter tout son talent au film. La mise en lumière de la bibliothèque a d’ailleurs tellement plu aux personnels de l’Assemblée qu’ils ont décidé de changer l’éclairage de la bibliothèque après le tournage.

Pour la 3D, j’ai fait appel au grand talent de Didier Pourcel qui s’est investi sans compter dans le projet en intégrant toute sa magie dans l’image.


« Les Trésors de la Bibliothèque » est aussi un film qui me ressemble aujourd’hui, car je n’aurais pas su le faire avant. En réunissant images réelles, 2D, 3D, pour la technique d’une part, et documentaire et fiction pour la narration d’autre part, il est le fruit d’un mélange d’expériences que j’ai eu la chance de pouvoir acquérir au fil de mes films.


« Les Trésors de la Bibliothèque » vient de recevoir un Dauphin d’Or aux «Cannes Corporates Media & Tv Awards», c’est une belle récompense pour toute l’équipe du film, que je remercie encore une fois très fortement de s’être autant investie dans le projet.


                                                                                  David Le Glanic


LES TRÉSORS DE LA BIBLIOTHÈQUE

Commanditaire : L’Assemblée nationale

Production : Rosine Depoix / Esprit Production

Réalisation : David Le Glanic

Chef-Opérateur : Arnaud Keil

Animations 3D : Didier Pourcel

Montage : David Le Glanic

Assistant Opérateur : Bertrand Servais

Grue : Taïpan

Voix Off : Jean-Christophe Lebert

Musique : Cezame – Warner/Chapell - Universal

Mixage : Le chant des Sirènes

Étalonnage : Izard & compagnie


«LES TRÉSORS DE LA BIBLIOTHÈQUE» est diffusé sur le site de l’Assemblée nationale, sur Curiosphère.tv, sur la chaine LCP, etc.

Films de communication